Modes Piano

pour les modes, il faut lire un ouvrage sur les modes grecs ou bien chercher sur internet, cela ouvre des horizons sur des constructions de gammes différentes (ton et demi tons pacés différemment)

ex : re-mi-fa-sol-la-si-do-re 

tu analyse la composition de cette gamme puis tu pars de la note SOL et tu reconstitues la gamme avec les mêmes intervalles que re-mi-fa-sol-la-si-do-re

Cela te donne : Sol-la-sib-do-re-mi-fa-sol

puis tu fais l’experience en partant d’une autre note (pour transposer, c’est très important la transposition) et déjà cela te donne une autre couleur. 

puis lorsque tu as fini avec cette construction, tu en prends une autre,ex: mi-fa-sol-la-si-do-re-mi

et rebelote, tu analyse la composition des tons et des demis -tons puis tu transposes à partir d’autres notes de départ, etc ….

ce sont des exercices tout simples que peut-être tu as déjà faits ? mais on se fait tout un monde des modes alors que c’est très simple au fond.

moins simple bien sûr de les mélanger et de les jouer  » à volonté » …..

Danse Macabre

Zig et zig et zag, la mort en cadenceFrappant une tombe avec son talon,La mort à minuit joue un air de danse,Zig et zig et zag, sur son violon.Le vent d’hiver souffle, et la nuit est sombre,Des gémissements sortent des tilleuls ;Les squelettes blancs vont à travers l’ombreCourant et sautant sous leurs grands linceuls,Zig et zig et zag, chacun se trémousse,On entend claquer les os des danseurs,
Un couple lascif s’assoit sur la mousse
Comme pour goûter d’anciennes douceurs.

Zig et zig et zag, la mort continue
De racler sans fin son aigre instrument.
Un voile est tombé ! La danseuse est nue !
Son danseur la serre amoureusement.

La dame est, dit-on, marquise ou baronne.
Et le vert galant un pauvre charron – Horreur !
Et voilà qu’elle s’abandonne
Comme si le rustre était un baron !

Zig et zig et zig, quelle sarabande!
Quels cercles de morts se donnant la main !
Zig et zig et zag, on voit dans la bande
Le roi gambader auprès du vilain!

Mais psit ! tout à coup on quitte la ronde,On se pousse, on fuit, le coq a chanté
Oh ! La belle nuit pour le pauvre monde !
Et vive la mort et l’égalité !