Cévennes, Causses, Unesco

L’ambassadrice française à l’UNESCO affirme soutenir la candidature des Cévennes et Causses pour leur inscription au patrimoine mondial. Du coup, les gens du coin se sentent rassurés : pas de gaz de schiste sur une terre protégée par l’UNESCO. N’en soyez pas si sûrs. Écoutez bien ce que cette femme nous dit.

Inscription en cours

L’inscription des Cévennes et Causses au patrimoine est seulement en cours. Ce n’est pas encore fait.

Belles paroles à bien écouter

L’ambassadrice française à l’UNESCO ne va rien dire qui puisse nous inquiéter mais tout de même lisez bien sa réponse à la question sur le gaz de schiste :

Question : Cette région fait l’objet de permis de prospection de gaz de schiste. Ne risquent-ils pas de compromettre l’inscription ?
Réponse : Je ne ferai pas de commentaires. Si nous voulons aller au bout, il faut éviter d’entrer dans des polémiques et il faut éviter de nous y mettre. Essayons d’être patriotes ! (Rires…)

Madame l’ambassadrice est en train de nous dire ceci, il me semble :
«Si nous voulons gagner l’inscription des Cévennes et Causses au patrimoine, il ne faut pas parler du gaz de schiste. Être patriote, c’est accepter le gaz de schiste». Et ça la fait rire et elle n’a pas honte, non. :evil: En même temps, elle rit au premier degré parce que le mot «patriote» n’est pas un mot de sa génération, mais c’est un mot qu’on utitlise en temps de guerre. La guerre des gaziers contre nous. En 1940, un certain maréchal demandaient aux Français d’être patriotes tandis que d’autres ont fait la France libre.

Patrimoine mondial contre gaz de schiste

La réponse de l’ambassadrice française à l’UNESCO me donne à penser ceci.
Les Cévennes et Causses seront inscrits au patrimoine mondial à une condition : que nous acceptions le gaz de schiste.

Le dossier d’inscription a été refusé en 2009 pour incohérence, maintenant il est tenu pour cohérent. ll est déposé par des conseillers de département. L’enjeu du gaz de schiste signifie, à mon avis, que les élus ne pourront plus protester contre le gaz de schiste.

Si cette interprétation est trop parano pour vous, alors voici mon autre idée. Mettons que l’inscription se fasse et que l’étiquette «patrimoine mondial» protège ces 3000 km2.

Les deux entreprises d’hydrocarbures du permis de Nant peuvent trouver des astuces pour installer leurs forages. Après tout, le permis a été signé pour une certaine zone. S’il y a conflit entre le territoire de l’UNESCO et celui du permis, est-ce que le permis peut être modifié ? Sans doute pas.

Si les entreprises font des forages autour du périmètre du terrain patrimonial, croyez-vous que la pollution s’arrêtera aux limites de ce territoire ? Est-ce que le nuage de Tchernobyl s’est arrêté aux frontières de la France ? Oui, le gouvernement nous l’a dit, mais nous savons bien que c’était un mensonge infantile. J’y fais allusion dans Sinistre gaz de schiste: en guise d’introduction.

Les eaux circulent à toute allure et partout dans les Cévennes et les Causses. Une eau polluée ici, vous la retrouvez là-bas. La pollution de l’air se promène dans le vent, sans s’occuper de savoir s’il y a un Parc naturel ou national. Si vous vivez dans cette région, vous savez comment le vent peut souffler par ici.

Les potiches causent

Les potiches, ce sont à mes yeux les nanas autour du gouvernement fançais qui présentent bien et qui disent ce que le grand chef a dit de dire. La première des potiches, c’est la ministre de l’Écologie qui ne connaît rien au gaz de schiste et qui se passerait bien de cette patate brûlante. Et nous venons de découvrir la deuxième, l’ambassadrice à l’UNESCO.

C’est affreux de dire que les potiches sont des nanas. Mais vous remarquerez que l’ancien ministre de l’Écoloogie ne risque pas d’être une potiche car il est totalement silencieux (ouh là, c’est plus possible d’utiliser un mot dérivé de «total» sans faire un jeu de mot). Il se fait oublier, lui, le signataire, déjà silencieux à l’époque, des permis d’exploration du gaz de schiste. Pour l’orthographe «Écoloogie», voyez Gaz de schiste, gaz hilarant.

Toutes les femmes du gouvernement ne sont pas des potiches. Par exemple, en voici une qui n’est pas une potiche : la ministre des Affaires étrangères, qui fut à l’Intérieur, à la Défense, autrefois même à l’Éducation nationale, celle-là même que Le Canard Enchaîné a surnommée «Ali-Mariolle» (anagrame de son nom), vu ses palabres autour de la révolte tunisienne. On n’a pas l’impression qu’elle lit un document tellement elle parle à tort et à travers.

Lisez aussi Douces paroles de la ministre de l’Écologie.

Être méfiants plutôt que se faire avoir

Voici une photo d’une banderole prise lors d’une manif’ contre le gaz de schiste. Qu’elle nous serve d’avertissement:
Banderole gaz de schiste demain au patrimoine de l'Unesco? Clic sur l’image pour l’agrandir. Pour en savoir plus sur cette manif’: Carnet de voyage: Manif’ contre le gaz de schiste, Ardèche, fév. 2011.

Il vaut mieux être très méfiant dans cette histoire de gaz de schiste car tant d’intérêts financiers sont en jeux. Le journaliste Fabrice Nicolino a rappelé comment nous nous sommes faits avoir par le nucléaire et il s’agit donc d’être moins naïfs désormais. Vous trouverez le site web de F. Nicolino dans les Liens — gaz de schiste. Vous trouverez mes réflexions dans un article dur mais qui me semble bien décrire l’ère du gaz de schiste : Gaz de schiste: colonisation et nazisme.

Et en attendant le vote ou la décision de l’UNESCO, que fait-on? Rien?

Voyez aussi Un spéléologue ardéchois décrypte pour nous le gaz de schiste — Arrigas.


Source :
Unesco – Rama Yade, nouvelle ambassadrice: «Causses et Cévennes, jusqu’au bout»Midi-Libre, 4 févr. 2011 — merci à rose-fifi de m’avoir montré l’article.