Douces paroles de la ministre de l’Écologie

À l’Assemblée nationale, le 26 janvier 2011 et le 2 février 2011, la ministre de l’Écologie a dû répondre à des députés qui s’inquiètent au sujet du gaz de schiste. Douceur qui nous endort. Pas moi en tous cas.

Pas de pollution en France

La ministre de l’Écologie assure qu’il n’y aura pas d’exploitation de gaz de schiste polluant en France. Je me demande comment cela peut se faire.

Par exemple, Total et GDF-Suez sont épaulés par des compagnies américaines qui ont une longue expérience de la fracturation hydraulique.

Jusgu’à preuve du contraire, il n’y a que la fracturation hydraulique pour casser la dalle de schiste qui gît profondément dans le sous-sol. Voyez Gaz de schiste: sinistre perspective.

La ministre de l’Écologie parle de la fracturation hydraulique dont elle reconnaît la force de pollution, comme d’une technique qui nécessite «une certaine quantité d’eau et certains produits chimiques». Voilà quelqu’un qui ne connaît rien au gaz de schiste ou qui évite soigneusement les chiffres scandaleux. Des dizaines de milliers de m3 d’eau ne sont pas une «certaine quantité d’eau» et près de 600 produits chimiques toxiques ou secrets ne se réduisent pas à l’expression «certains produits chimiques».

La ministre de l’Écologie dit que l’exploration n’a rien à voir avec l’exploitation mais c’est faux. Si les premières recherches s’avèrent prometteuses, les gaziers font des forages pour savoir exactement ce qui sort. Tout forage de gaz de schiste implique au moins une fracturation hydraulique. C’est pour cela qu’il faut empêcher absolument le prospection. Aucune phase de recherche n’est acceptable car elle mène directement à un ou plusieurs forages.

Les permis peuvent-ils être annulés ?

Si l’exploitation du gaz de schiste est polluante, elle ne se fera pas, nous assure la ministre. Peut-elle annuler et déchirer les permis ? C’est possible, ça ? À défaut de les déchirer, il est possible de les abroger. Le fera-t-elle? On sait au moins par la ministre elle-même que le code minier ne permet pas de moratoire.

N’hésitez pas à vous reporter à: Qu’est-ce qu’un permis d’exploration de gaz de schiste?

“Mission d’évaluation”

La ministre de l’Écologie assure qu’aucun permis ne sera plus accordé avant une «mission d’évaluation». Qui va faire ce travail d’expert ? On ne sait pas mais on peut présumer, comme le journaliste F. Nicolino, que ce sera les Mines. Et qui a rédigé les permis signés par le ministre de l’Écologie précédent ? Si F. Nicolino ne se trompe pas, eh bien ce sont les Mines.

En plus, le Conseil des ministres du 19 janvier 2011 a annoncé la modernisation du code minier :

Attendu depuis longtemps par la profession, le nouveau code facilitera la valorisation des ressources du sous-sol français.

Plus de détails dans l’article Modernisation du code minier.

Qui nous garantit que les forages d’exploration prévus en Ardéche (permis de Villeneuve-de-Berg) ne vont pas commencer comme prévu vers novembre 2011 ?

Il est à craindre que la mission d’évaluation ne sert qu’à repousser le conflit à plus tard avec l’espoir que dans quelques mois, les Français auront oublié l’horreur du gaz de schiste.

Vidéos des questions à l’Assemblée nationale sur le gaz de schiste

Merci à Montpellier Journal d’avoir mis en ligne ces vidéos. N’hésitez pas à les télécharger et à les conserver.

Regardez bien les jeux de mains de la ministre de l’Écologie qui se dirigent vers l’interlocuteur pour le prendre à parti doucereusement mais comme des piques, pour l’attirer dans ses rêts de mensonges. Comparez avec le jeu de mains du gazier tout au long du sketch de l’humoriste québécois, Jean-François Mercier: Gaz de schiste hilarant – suite.

  • Séance du 26 janvier 2011: dailymotion xgs8eo
  • Séance du 2 février 2011: dailymotion xgvdg0

Communiqué de presse conjoint

Le ministère de l’Écologie et celui de l’Industrie (Énergie etc.) ont ensuite pondu un communiqué de presse sur la Mission d’évaluation du gaz de schiste (document PDF d’une page. Ce communiqué ne reprend pas la déclaration de la ministre de l’Écologie qui avait dit à l’Assemblée :

Aucune autorisation de travaux sur le gaz de schiste ne sera donnée ni même instruite avant le résultat de cette mission.

Nulle mention de l’huile de schiste dans ce communiqué qui pourtant est extraite dans les mêmes conditions que le gaz de schiste, par fracturation hydraulique.

Le communiqué dit par ailleurs:

Les ministres réuniront prochainement les entreprises disposant d’un permis de recherche afin d’examiner avec eux les calendriers industriels et leurs compatibilités avec les travaux de la mission blabla.

Dans la phrase, il y a d’abord «les calendriers industriels» puis «la mission». Je traduis donc brièvement : «Moi Grand Gazier avoir calendrier urgent, moi me foutre bien de la mission, au diable la mission». Variante: «Chargé de la mission, ami à moi, Grand Gazier».

Pourquoi je fais parler Total du «petit nègre» pire que dans Tintin au Congo ? Parce que je veux dire par là que Grand Gazier a toujours parlé ainsi aux Africains ou aux Birmans qu’il a croisés ou exploités sans pouvoir imaginer que ces gens-là parlent une vraie langue, la leur ou le français. Et voilà que Total ne sait même plus parler français, il parle l’américain de la bureaucratie des entreprises: Son permis de Montélimar enthousiasme Total.

Conclusion

Tous ces beaux discours sont du vent — qui pue le méthane à plein nez.


Si vous ne voyez pas pourquoi je ne cite pas le nom de la ministre, allez lire À propos de Sinistre gaz de schiste. Mais vous êtes sauvés, si vous ne voyez pas de qui je parle car je mets les noms dans les mots-clé (visibles à la suite des articles).

Source :
Gaz de schiste: forages avec fracturation en Seine-et-Marne – montpellier-journal.fr