La Coopération pour la guerre à la guerre avec Le Corps Civil de Protection de l’Environnement

Pourquoi nous avons besoin, aux États-Unis, de reconstituer le Civilian Conservation Corps (CCC, Corps Civil de Protection de l’Environnement) ?

Parce que nous avons besoin de défis.  Bien-sûr, notre société a beaucoup de défis.  La guerre semble être le plus grand pourvoyeur de défis.  Mais la guerre est évitable si nous choisissons trouver les moyens de coopérer les uns avec les autres.
William James a dit, dans son essai de 1910 L’équivalent Moral de la Guerre que : « La guerre à la guerre ne sera pas une partie de plaisir. »

Il avait raison bien-sûr. Albert Einstein était d’accord.  Son « Plan de deux pour-cents » admet que ce n’est pas facile à convaincre ne serait-ce que deux pour-cents de militaires à jeter les armes. Mais un ersatz pour ce besoin de défis pour notre société pourrait venir d’ailleurs, comme nous l’avons vu au cours de la Grande Dépression : que des gens ordinaires travaillant ensemble aient une discipline militaire.

« Nous devons créer de nouvelles énergies pour canaliser la virilité à laquelle l’esprit militaire s’accroche si fidèlement. Les vertus martiales doivent être le ciment durable, l’intrépidité, la faculté de vivre de manière spartiate, l’abandon de l’intérêt privé, l’obéissance à … »

Une nouvelle conscription pour le CCC permettrait de d’offrir un tel débouché.  Le défi, la discipline, la coopération et l’infrastructure pour résoudre les problèmes profonds et de division qui conduisent à la guerre.
À suivre…

Mes excuses pour les fautes d’orthographe dans ce premier article, avec mes remerciements à JYL pour sa relecture.
Shira